Caméra embarquée, Economie

Caméra embarquée Economie

Caméra embarquée Economie

Caméra embarquée Economie

Il a peut-être fallu un certain temps pour démocratiser les caméras embarquées. Mais elles sont maintenant communes sur les routes de France. Pas moins de   20 000 utilisateurs sur départementales et autoroutes de nos régions. Et il est facile de comprendre pourquoi: elles sont assez bon marché, faciles à utiliser et leurs bénéfices sont immédiatement clairs. Caméra embarquée ou Dashcam  pour nos confrères britanniques, sont maintenant acceptées et  régulièrement utilisées en cas de litige entre automobilistes.

En effet, ce n’était qu’une question de temps avant que les assureurs commencent à prêter attention à ces caméras de route.  Aujourd’hui, par tous les moyens, on cherche à réduire les coûts de notre assurance auto. Et surtout on n’hésite pas à comparer pour trouver la meilleure offre, au meilleur prix.

Aussi certains prescripteurs prennent en compte l’utilisation de votre caméra de tableau de bord. Alors n’hésitez pas, posez la question avant de signer votre contrat ! Une  remise, c’est toujours intéressant et cela couvre l’achat de la caméra voiture.

Pas de remise, Economie quand même !

De toute façon, même si vous n’obtenez pas de ristourne, vous y gagnez en tranquillité, en quiétude et en sérénité. Vous n’êtes plus seul au volant. Quoi qu’il arrive (et on ne vous souhaite pas d’incident), vous roulez tranquille. La caméra d’habitacle est là pour sauvegarder les images de vos trajets. Et si par malchance, vous avez un accrochage, alors vous constaterez tous les bienfaits de cette caméra de tableau de bord. Et quelle économie !, de temps, de stress… Dans la plupart des cas, il vous suffit de montrer la caméra embarquée à votre interlocuteur pour démarrer une discussion courtoise. Il n’y a plus ces entretiens sans fin où l’adversaire explique que c’est vous qui n’avez pas respecté le code de la route, et qui avez tous les torts.

Vous prenez la caméra embarquée en main. Et vous faites un replay et vous montrez à votre contradicteur les circonstances de l’accident. Ensuite, à la maison, vous sélectionnez la séquence qui vous intéresse avec quelques photos (capture d’écran) et vous envoyez à votre assureur ces éléments et votre constat amiable.

Que d’économie de temps, de tourments…

 

Filmez, prouvez.